Au secours ! à qui le tour ?

9 juin 2012

L’Espagne est le nouveau malade de l’Europe. Après la Grèce, l’Irlande et le Portugal, c’est au tour du pays de Zara, de Picasso et des taureaux.
Il y a eu LA FOLIE DES GRANDEURS DES RÉGIONS, des megaprojets, et des établissements financiers espagnols qui  ont arrosé de crédits les ménages pour qu’ils s’achètent ces maisons construites en pagaille.
Aujourd’hui un jeune sur 4 est au chomage, plus de credits pour les banques en faillite. Au secours l’Europe ! Mais déjá on se pose la question  Après la Grèce, l’Irlande , le Portugal, et l’Espagne à qui le tour? J’entends déjà la comedia dell’Arte ……


2011 pour les nuls

13 décembre 2011

C’est simple, 2011 ce sont les épisodes surprises du feuilleton DSK entre complot et télé-réalité, la montee des islamistes dans le monde arabe de Rabat au Caire, la crise de l’euro, et Fukushima.
On peut y rajouter aux massacres d’ Abidjan, de Libye, et de  Syrie,  un mariage princier à Westminster.


À une époque d’énormes problèmes, les politiciens semblent lilliputiens. C’est la vraie raison d’avoir peur.

1 octobre 2011

À une époque d’énormes problèmes, les politiciens semblent lilliputiens. C’est la vraie raison d’avoir peur.
Telle est la conclusion de l’Economist sur la situation économique mondiale.
JUSQU’A CE QUE LES POLITICIENS FASSENT REELLEMENT QUELQUE CHOSE AU SUJET DE L’ECONOMIE MONDIALE……. AYEZ PEUR

Dans les jours sombres, les gens cherchent naturellement des lueurs d’espoir mais il y a 3 raisons de s’inquieter:
1.Les dirigeants européens sont loin d’un accord sur la façon de sauver l’euro. Le mieux que l’on puisse dire est qu’ils ont maintenant un plan pour avoir un plan, probablement au début de Novembre.
2.Les perspectives de l’économie mondiale sont sombres,
et le ralentissement des économies émergentes offrent moins d’espoirs pour une croissance mondiale.
3.Les politiciens américains menacent, encore une fois, la reprise avec le combat républicains-Obama.

Ensemble, ces évolutions indiquent une période périlleuse à venir.
Mais les gouvernements par leur manque de conviction et de courage non seulement omettent d’agir: ils ne font qu’aggraver le désordre.
Le deuxième échec est celui de l’honnêteté. Trop de politiciens des pays riches n’ont pas réussi à dire aux électeurs l’ampleur du problème.
À une époque d’énormes problèmes, les politiciens semblent lilliputiens. C’est la vraie raison d’avoir peur.


« A la base, la crise ne trouve pas racine dans le secteur financier mais plutôt dans les finances de certains gouvernements »

8 mai 2010

Stephen Harper, sur la crise de la zone euro.


Zone euro ou zone zéro.

8 mai 2010

Dévaluation, déficits, déclarations, spéculations et à mon avis la Chine sont les composantes de la crise de l ‘euro.

La Grèce -appartenant a la zone euro – ne peut faire ce qu’un pays indépendant fait en état de crise, DEVALUATION de sa monnaie ==> faire tourner la planche a billet, permet de baisser le niveau de vie de ses habitants, de réduire les importations, de relancer les exportations, les entrées de devise, de taxes et d’investissements, bref de relancer la machine.

Les États membres de la zone euro ont de très grands DEFICITS qui ne cessent de s’accroire et doivent trouver des milliards d’euros sur les marchés pour financer leurs déficits et rembourser leurs dettes.

Mais il y la SPECULATION, d’un coté l’argent mondialisé , les surplus des pays du BRIC, des pays exportateurs de pétrole, même si cet argent officiellement n’a pas de nom, d’odeur, d’origine, ce sont sur les marches boursiers qu’ils cherchent des gains. C’est finalement une attaque des pays riches contre les pays endettés de la vieille Europe.

Le danger est de voir les particuliers quitter totalement l’euro, et tout simplement du jour au lendemain la zone euro n’existerait plus, nous retournerons aux bons vieux francs, florins et pesetas.

L’absurde est que la Chine elle, ne veut pas réévaluer sa monnaie pour rééquilibrer le marché des échanges de biens et permettre un réajustement mondial.
C’est donc la raison du plus fort contre les plus fragiles, des nouveaux riches contre les nouveaux pauvres.

Sarko déclare la guerre aux spéculateurs. De mémoire il me semble que c’est toujours les spéculateurs qui ont eu raison des déclamateurs.
Alors zone euro ou zone zero ? Ce qui est sur c’est que nous sommes en zone dangereuse.