Prends l’oseille et tire toi

17 avril 2014

Interrogé sur la position de Washington sur la Crimée, rattachée en mars à la Russie, M. Kerry a déclaré : les États-Unis «n’ont pas renoncé, mais nous ne sommes pas venus (à Genève) pour parler de la Crimée».

Voici la preuve que la Crimée sera sacrifiée pour avoir la tranquilité en Ukraine. Poutine a bien joué son tour, il empoche la Crimée contre une promesse de ne pas s’attaquer à l’Ukraine.
Cela arrange Obama, cela arrange les européens desemparés et avides d’echanges commerciaux, cela arrange le monde. Poutine 1 – Obama 0, mais le principal est pour ce dernier de pas perdre la face. En fin de compte on ne comprend pas comment Kroutchev avait offert sur un plateau la Crimée à l’Ukraine. Poutine n’a que reprit cet inestimable cadeau.
Mourir pour la Crimée, mourir pour des idées, l’idée est tres mauvaise en 2014.


Rapport de force ou la leçon de l’annexion de la Crimée

18 mars 2014

Pour Poutine: le rapport de force est un terrain sur lequel il est plus à l’aise que celui de la négociation.
Pour Obama : la négociation est un terrain sur lequel il est plus à l’aise que celui du rapport de force.

Si nos deux lurons cherchaient la négociation, nous aurions eu droit à un compromis.
Si nos deux lurons cherchaient le rapport de force , nous aurions eu droit à une guerre atomique.

Dans l’état actuel des choses Poutine veut rendre à la Russie sa puissance évaporée – la réunification allemande [en 1990], le référendum au Kosovo [en 1991] et le bombardement de Belgrade [en 1999] – Il conteste l’ordre mondial « dicté par l’Occident en fonction de ses propres intérêts«  et « la période ou les Occidentaux s’arrogeaient le droit de décider ce qui était juste et ce qui ne l’était pas doit s’achever. »

L’Occident souffre de l’absence d’un leader incontestable pour affirmer ses vues c’est sans doute la plus grande leçon de l’annexion de la Crimée. Obama est le principal responsable de cette chute de puissance de l’Occident.
Nous entrons donc en guerre tiède, la première du XXIeme siècle, 2014 cent ans exactement après 1914.