Chronique Coronavirus

Je suis en confinement, en réclusion, et ça ne change rien si c’est volontaire ou imposé. L’impression est pénible, pessimiste car de mes décennies sur terre, je n’ai jamais imaginé un scenario coronavirus, certes j’imaginais depuis une décennie la fin du système économique capitaliste actuel, la chute des bourses, des faillites, des millions de chômeurs et l’anarchie dans beaucoup de pays mais pas dans tous.
Le switch déclencheur viendrait de la finance, mais l’histoire nous a surpris une fois de plus, le switch est venu du coronavirus. Double crise, sanitaire et économique, l’un entraînant l’autre comme si une était insuffisante.
Donc me voila confiné, ratatiné, c’est comme si j’ai recu un « boxe » direct et je suis encore tout étourdi, assommé. C’est donc ça nous les Occidentaux tout puissants, tout arrogants ,aujourd’hui confinés, impuissants face à ce nano-micron invisible et mortel. Et il faut se méfier de tous, l’enfer c’est l’autre, l’enfer c’est les autres. Du jour au lendemain notre monde connu et rassurant s’est effondré, nous vivons dans un autre monde, avec une autre logique, avec des inconnues, et beaucoup d’incertitudes quant à notre proche avenir.

Et pour en revenir au micro, ma vie au jour le jour sous la menace coronavirus, du réveil au coucher je suis confiné, inondé d’informations, radio, télé, internet, fake-news, conseillers, statistiques, modèles mathématiques, specialistes, professeurs et devineresses.
Alors je passe de l’optimisme maximal au pessimisme, je rigole de bon cœur des youtube humoristiques, puis je suis abattu, râleur et songeur. Je prends « la Peste » d’Albert Camus mais c’est trop dur car proche de ce qui peut nous attendre alors que dans ma jeunesse c’était théorique et représentait un scenario loin de la réalité que nous vivions lors. Je prends un autre livre que je feuillette, un troisième et je les rejette, je n ‘arrive pas a me concentrer, sortir du stress ambiant.

Chaque jour semble moins pénible que le suivant, hier encore j’ai pris ma voiture, puis arrivé au marché public en plein air, j’ai essayé de stationner prés d’un marchand de légumes pour rapidement faire ma commande mais vu le nombre de personnes présentes j’ai eu peur de cette populace, le virus doit se cacher entre eux et la salade de laitue me suis je dis, je suis donc reparti. Idem avant hier devant le distributeur de monnaie (caspomat) j’approche, j’épie, je mets mes gants bleus, j’ai l’air d’un braqueur de banques.

Je pense enfin à tout ces milliers de jeunes qui sont au chômage forcé, qui ont des dettes et plus de travail, c’est la bombe corona qui suivra le virus corona.

Allons me dis-je restons à la maison, écoutons Pascal

« Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos, dans une chambre. » Blaise Pascal

…. et ce samedi, nous serons tous confinés, la terre entière sera en mode sabbatique …..

20200321_ldd001_0

Courage, Courage , fuyons , ah non ! Courage, Courage, Confinons nous!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :