Les massacres de Monsanto vu par Mathieu Asselin

Mathieu Asselin, photographe, expose à Arles des clichés qui dévoilent les ravages du glyphosate. Une plongée documentée et effrayante des ravages de Monsanto.

Parmi les sites américains qui ont priorité auprès de l’Agence de protection de l’environnement des États-Unis en raison de leur haut niveau de contamination, des dizaines ont été pollués par le seul géant Monsanto. Ces sites pollués affectent plusieurs centaines de communautés et leur environnement, et ont un impact désastreux sur la santé et l’écologie. Monsanto a conservé des liens étroits avec le gouvernement américain, en particulier avec la FDA (l’Agence des produits alimentaires et médicamenteux), mais pas seulement : l’entreprise a pour alliés bien d’autres acteurs politiques et économiques dans le monde entier. Il lui est reproché de se livrer à des campagnes de désinformation et de poursuivre toute institution ou personne – chercheurs, agriculteurs et activistes – qui oserait révéler ces agissements. Et tandis que Monsanto poursuit l’expansion de nouvelles technologies et de nouveaux produits, des scientifiques, des organisations environnementales et de défense des droits de l’homme tirent la sonnette d’alarme, préoccupés par la santé publique, la sécurité de l’alimentation et la durabilité écologique, autant d’enjeux déterminants pour notre avenir sur cette planète. La situation est particulièrement préoccupante depuis que Monsanto a créé et commercialisé il y a maintenant vingt ans les OGM au mépris de notre environnement. Explorant le passé et le présent, cette enquête s’emploie à donner un visage à ce que pourrait bien être le futur aux côtés de Monsanto.

 

1043255-monsanto_book_082

 

Semences transgéniques de Monsanto. En 1996, Monsanto introduit ses premières semences transgéniques. Il fait en sorte que les fermiers ne puissent pas récupérer les graines, ne faisant ni plus ni moins que les déposséder de leurs propres semences. Le pouvoir passe alors aux mains des grands groupes, qui détiennent aujourd’hui environ 80% du marché du maïs transgénique et 93% de celui du soja transgénique. Les fermiers doivent désormais racheter des semences à ces groupes chaque année.

 

la conclusion de Mathieu Asselin:

Nous avons tous le pouvoir de changer et d’arrêter ces corporations. Il faut qu’on arrête d’acheter leurs produits, même si c’est compliqué, car ils sont cachés partout. Ce n’est pas seulement arrêter de manger des OGM, c’est par exemple cesser d’acheter des abricots sur lesquels on a mis des pesticides Monsanto.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :