Sur nos bagages affaires

L’homme ne serait qu’une copie de la fourmi, c’est ce que j’ai compris lorsqu’il m’a fallu déménager et délocaliser. Un amas, une infinité d’elements le plus souvent inutiles qui se sont accumulés durant des années et qu’on refuse le plus souvent de s’en débarrasser à cause… à cause de l’attachement, du souvenir d’une époque, du possible et eventuel besoin dans l’avenir, beaucoup à cause de la femme maitresse de la maison, parce que jeter c’est contre la nature humaine qui accumule, s’approprie des biens pour se prevenir dans l’avenir tout comme la fourmi.

Mais ne pas jeter c’est se rendre prisonnier de tout ce materiel qui au lieu de vous servir vous met à son service.
Et meme en se rendant compte qu’il faut se débarrasser de certains elements encombrant, il reste une infinité encore plus encombrante qu’il faut emballer, stocker pour la désemballer de nouveau. Infinissable! Et voila nos nouvelles menottes qui sont toujours là, sisyphienne condition humaine.
Il n’y a qu’un bagage qui est malluable et voyagera avec vous tout le temps sans effort sans faire de bruit, c’est le bagage intellectuel inscrit dans notre cerveau. Avec lui et sans les ramassis la vie serait zen.

84552

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :