la chute de l’empire américain

15 octobre 2016

En suivant de près le combat féroce dans lesquel se mênent et se démênent Hillary Clinton et Donald Trump où le camp Clinton refuse de débattre des problemes de fond et préfère ressortir des « attouchements » d’il y a quinze ou trente ans lorsque la logique de l’époque « permettait » encore aux hommes politiques de faire certaines choses bannnies des moeurs aujourd’hui, je me dis que quelque chose d’énorme a changé chez l’oncle Sam.

Calomnies, diffamation, utilisations des services secrets, FBI et CIA, utilisations des médias aux mains des magnats, tous les coups bas sont permis, on se traine dans la boue, on ne considère même plus que des enfants mineurs vous écoutent. Ce n’est plus l’Amérique puritaine et respectueuse d’autrefois. Nous avons sous les yeux une Amerique en crise, en super crise, crise du chomage, crise d’endettement du secteur public et privé, crise ethnique, crise des sub-primes, où des millions de personnes ne subsitent que grâce aux food-stamps.

a-chute-de-l-empire-romain-affiche

Un president des Etats Unis qui se fait marcher sur les pieds, insulter par le président des petites Philipines, doubler et écraser par Poutine, silencieux face à la Chine,
impotent face à la Corée du Nord, manipuler par les ayatollah, ect…

Un pays qui sort vaincu d’Irak, d’Afghanistan, de Crimée, de Libye, qui n’a plus de poids et ferme les yeux face aux massacres d’Assad en Syrie.

Bref la liste est longue, il semblerait aujourd’hui que le 11 Septembre 2001 à sonné le glas de l’Amérique. La chute de l’Empire Américain se produit sous nos yeux aujourd’hui et il ne reste plus qu’un noyau de magnats qui dirige l’économie et exploite
les citoyens américains et ceux du monde entier. Eux fixent les lois du marché, de la bourse, de la santé et de notre alimentation. Si tout est pollué aujourd’hui et que nous mangeons plus de poisons que de poisson dans notre assiette sans que nous ou nos élus puissons interferer et stopper ce grabudge, c’est que les trés grands capitalistes
ont pris le dessus sur les politiciens.

Les Etats Unis ont toujours donné l’exemple au monde depuis la seconde guerre mondiale, et dans tous les domaines.
Aujourd’hui les Etats Unis ce sont deux politiciens qui se jettent de la boue, qui nous jettent de la boue. C’est la grande chute, la chute de l’empire américain.

affichelachutedelempireromain

La chute de l’empire avec Donald Trump et Hillary Clinton en salle cette semaine sur FoxNews !


L’effondrement de la démocratie aux Etats-Unis

13 octobre 2016

Tous les médias s’y mettent, campagnes de diffamation, allegations malintentionnées.

Le but de la machine médiatique est de creer un effet devastateur, un tsunami pour detruire Trump.
Ces journalistes ont des motivations politiques et appartiennent à des magnats au service d’Hillary Clinton, tous pour la protéger, et faire dériver les attaques contre elle.
Ce n’est plus une democratie, une présentation du pour ou contre de chaque candidat, c’est une descente aux enfers.

Et ce sont ces mêmes magnats, ces mêmes médias qui dirigent l’opinion publique, nous racontent et nous cachent ce qu’ils veulent bien dans le seul but de mieux nous asservir . Il y a d’un coté le peuple de plus en plus pauvre et de l’autre les super-riches de plus en plus riches avec politiciens à leur service.

Aujourd’hui tous ces pouvoirs sont au service d’Hillary, demain ce sera Hillary au services des magnats de la presse, des magnats du pétrole, des bigpharm ect…

Et tous les coups et moyens sont permis pour effondrer (meltdown) l’ennemi.

Nous ne sommes plus en démocratie, plutôt en absolutisme. Voilà pourquoi il est important et critique que Trump l’emporte. 

Les sondages sont manipulés, le peuple n’est pas dupe, donc l’espoir est permis.

 


Le prix nobel de litterature attribué à Bob Dylan

13 octobre 2016

Erreur, l’erreur est humaine mais je n’arrive pas à comprendre comment on peut attribuer un nobel de litterature à un chanteur, Bob Dylan.
Pourquoi n’avoir pas créé un nobel de musique ?

dylan-nobel.jpg

En 2016, il ne me restera plus qu’à (re)lire les couvertures de mes vieux disques!!


Le très attendu prix Nobel de littérature 2016 sera attribué à ….un israélien

11 octobre 2016

stockholm
Le très attendu prix Nobel de littérature 2016 sera attribué le jeudi 13 octobre et non aujourd »hui comme prévu.

Un retard non habituel et non prévu chez les suèdois trés ponctuel généralement.

Conclusion: le prix sera attribué à un ècrivain israelien Amos Oz ou David Grossman.

Pourquoi ? tout simplement en ce moment tout est dèjá clos en Israel  en cette veille de Kippour, pas de journaux, pas de télé, pas de médias, silence radio …. donc impossible de contacter l’heureux gagnant laique lui. Mercredi c’est Kippour donc on remet le tout à jeudi.

Felicitations donc à David Grossman ou peut-être Amos Oz.

PS:Erreur, l’erreur est humaine mais je n’arrive pas à comprendre comment on peut attribuer un nobel de litterature à un chanteur, Bob Dylan.
Pourquoi n’avoir pas créé un nobel de musique ?


la photo du jour ou « j’ai envie de te cogner »

11 octobre 2016

A quoi songe Trump à ce moment ?
A mon avis quelque chose du genre « j’ai envie de te cogner »
Mais de fait, “l’esprit émet sans cesse des commentaires que la voix a la sagesse de ne pas divulguer


Jim Harrison, mode de vie (suite et fin)

10 octobre 2016

Au delà des romans consacrés aux Indiens ou plutot à l’extermination des Indiens, on retrouve dans ses écrits une psychologie du mode de vie des humains et toujours cette dualité chez l’homme.

En voici quelques exemples par citations interposées sur l’Eden et l’enfance, la rage et la vertu, la religion et le monde réel, le sexe et l’humour, les blessures, esprit et sagesse, sympathies et deceptions, le temps, les poéte et le bon sens, les invivables.
Tout cela prouve qu’on ne changera jamais les hommes dit Jim Harrison. Il aurait pu obtenir le Nobel de Littérature qui sera attribué demain mais un Nobel ne s’attribue qu’à un vivant, Jim Harrison est décédé en juin dernier.

“L’Éden est l’enfance qui s’attarde au jardin, ou du moins ce fragment d’enfance que nous essayons d’y maintenir”

“La rage est une réaction fort banale qui procure à bon marché une impression de vertueuse pureté”

La religion nous sert à bâtir une existence parallèle au monde réel.”

“Le sexe lui a rendu son sens de l’humour”

“On finit par apprendre que certaines blessures ne guérissent jamais.”

“Mais de fait l’esprit émet sans cesse des commentaires que la voix a la sagesse de ne pas divulguer.”

“J’ai appris à doser mes sympathies afin de minimiser l’étendue de mes déceptions.”

Le temps comme un flux vertigineux qui nous précipite tous par-dessus le rebord de l’être, le temps qui n’a jamais pardonné une seule seconde à personne”

“Les poètes sont traditionnellement doués d’une grande imagination, mais de fort peu de bon sens.”

“Dans les années 60 et au début des années 70, il était de bon ton de dire que certaines personnes étaient invivables, mais « valaient le détour »”

Lorsqu’un fermier du Nebraska vend un boisseau de blé vingt-cinq cents moins les frais de transport, et que l’intermédiaire de Chicago ou de New York en tire un dollar et demi, eh bien, ça prouve qu’on ne changera jamais les hommes.”

Dalva de Jim Harrison, Note:7/10  sur l’échelle RG


Pile ou face, Hillary ou Trump

9 octobre 2016

Pile ou face, Hillary ou Trump
Les medias, les tres riches, les lobby, big pharma, Wall Street sont tous pour Hillary.
Le peuple, la majorité silencieuse, ceux qui veulent un changement contre ce capitalisme sauvage qui nous etouffe et nous exploite sont plutot pour Trump.
Qui gagnera? Media or People ? Pile ou face ?

hillary

Mais deja il me semble que l’on a rien à gagner avec Hillary, et que l’on a rien à perdre avec Trump.

trump

Mon choix est fait, mais je ne peux l’exprimer aux urnes vu que je ne suis meme pas un illegal mexicain !!

 


Dalva de Jim Harrison ou le génocide des indiens américains.

9 octobre 2016

Dalva de Jim Harrison ou le genocide des indiens américains.

Il faut avoir la force, le courage et la patience pour arriver au bout du roman « Dalva » de Jim Harrison, 1656 pages digitales ce n’est pas rien, mais à chaque fois que je considerais de clore ma lecture definitivement avant la fin il y avait quelque chose dans l’action ou du passage entre le narratif et l’historique qui me poussait à continuer ma lecture.

Dans ce roman s’entrecroisent les États-Unis du XXieme siécle , mais également le massacre des Indiens dans celui du XIXieme.
Grand roman du détail présent mais qui nous raméne tout le temps à ceux qui étaient là avant mais ont été agressés, chassés, massacrés: les Indiens.

“Trois cents Sioux, surtout des femmes et des enfants, ont été massacrés à Wounded Knee pendant que dans le Midwest Henry Ford mettait au point la fabrication de sa première automobile à partir de pièces détachées. Pour ceux d’entre nous qui sommes adultes, la plupart de nos grands-parents vivaient en 1890 !”

 

dalva-harrison

Jim Harrison réussit à nous ramener aux grands-parents donc à l’histoire pas si ancienne des Indiens. Et cette histoire est tragique. Dois-je rappeller que dans mon enfance au cinéma nous hurlions de joie chaque fois qu’un cow-boy yankee abattait un Sioux indien. Le but était de nous inculquer que le bon americain avait eu raison de se débarasser du sauvage. La force de Jim Harrison est donc de pointer sur le contexte reel de l’extermination ou genocide du peuple indien.

“Ce que tu appelles l’Histoire évite tout réel souci des gens. Le fond du problème, c’est cette mythologie qui nous a permis de conquérir les populations autochtones – en fait plus d’une centaine de petites civilisations – et puis de leur forger un destin d’humiliation, de honte et de défaite quotidiennes ; par-dessus le marché nous pouvons avoir la conscience tranquille, car n’est-ce pas, ce sont tous des poivrots d’Indiens.”

“les Papagos, les Yaquis, et les autres peuples apaches. Quelle race fabuleuse ! Nous minimisons aujourd’hui leurs qualités pour ne pas nous sentir trop coupables de ce que nous leur avons infligé. Un écrivain anglais, par ailleurs assez naïf, a dit que la seule aristocratie était celle de la conscience. “Il faudra un jour que tu étudies la centaine de tribus, ou de civilisations, que nous avons détruites.”

 

il est intéressant de remarquer que nous n’avons jamais respecté un seul traité signé avec les Indiens – que le reste du reste du monde en prenne de la graine !

“Entre la fin de la guerre civile et le massacre de Wounded Knee en 1890, les Grandes Plaines ont été bouleversées par un véritable cataclysme historique. On dirait que les gouvernements n’ont jamais manifesté le moindre talent ni la moindre inclination pour maintenir leurs citoyens en vie. La vie elle-même était sans doute le cadet des soucis des politiciens de Washington D.C”

“Je n’ai jamais dit que les Sioux étaient des oies blanches ou des petits saints. Je dis simplement que l’histoire nous apprend que vos ancêtres se sont comportés comme des centaines de milliers de nazillons cupides. Un point c’est tout.”

Il y a donc dans ce roman le coté historique mais il y a aussi beaucoup sur les choses de la vie, sur l’homme, que j’évoquerai dans un prochain article.

Note 7/10 sur l’echelle RG


Quand le crépuscule fait place aux ténèbres

8 octobre 2016

alep

Avec ce tour de force entre russes et américains, entre arabes sunnites et chiites, ce qui se passe à Alep est la preuve que les ténèbres ont envahi nos consciences.

L’homme du XXI iéme siécle est-il different  de l’homme des cavernes ou du moyen-âge ?


Matthew en Floride, plus de peur que de mal

7 octobre 2016

Matthew en Floride, plus de peur que de mal.

On nous a averti du pire avec Matthew qui approchait la Floride.
Comme d’habitude les politiques et les medias ont créé de la peur et du rating. C’était leur but, exageration maximale, benefice maximal.
Au final il fait beau à Miami en ce moment , nuageux 27 degrès avec un petit vent de 27 km/h. On est bien loin des 200 km/h annoncé. matthew
Comme je le disais à un proche parent à Aventura, à partir du moment ou tu vis dans un immeuble en hauteur, pas de risques qu’un arbre te tombe dessus ou qu’une vague t’emporte.
Et Haiti me direz vous, oui mais Haiti c’est beaucoup de bidonvilles, c’est une autre histoire.