L’avenir devant soi ou être roi à 79 ans

Le nouveau roi d’Arabie Saoudite Salman arrive au trône malade et agé de 79 ans. Autant dire que l’avenir est plutôt derrière soi que devant soi.
N’empêche que tous les politico, Hollande en tête, font la queue plus pour parler affaire avec lui que pour lui presenter des condoléances sur son frére défunt et roi jusque la.

L’Arabie Saoudite où l’on décapite encore aujourd’hui les « impies » est le précurseur du fondamentalisme islamique. Depuis 1973, avec l’argent du petrole, les rois et princes d’Arabie ont financé precheurs et mosquées de Rabat à Islamabad. Les conséquences furent Ben Laden, et l’idée wahabiste de l’Islam jusqu’à l’EI (etat islamique en Irak).
Cet exemple a été suivi par le Koweit et le Quatar qui tout en achetant les biens, immeubles, équipes de foot, ect…, ont financé les terroristes genre Hamas ou fréres musulmans. 

Les caisses des différentes formations terroristes sont renflouées par des Etats arabes qui adorent jouer sur plusieurs tableaux, pour des motifs intérieurs ou régionaux.

Pour l’Occident ces Etats s’avèrent être des amis, des alliés, des fournisseurs, des partenaires commerciaux. Nous ne voulons pas, pour une question d’intérêts, en faire des ennemis. Mais l’Occident  doit réclamer un peu plus de cohérence. La complaisance n’est plus une politique. Ce n’est qu’ainsi que l’on pourra esperer un changement en ce siecle du fanatisme. 

Ceux qui pointaient le danger des mouvements religieux radicaux étaient accusés de dramatiser. Le comble est que notre société considérait ces extrémistes comme les «vrais musulmans» parce qu’ils prônaient un islam pur et dur. Pendant ce temps tous les Tariq Ramadan et salafistes agitaient les frustrations de la jeunesse. De même le wahhabisme et autres influences extrêmes ont été laissées à leur pente naturelle sans être combattus à temps. Cette complaisance a fini par donner un appui tacite à ces mouvements radicaux et notre société n’a pas détecté son caractère très dangereux. La situation est compromise mais elle n’est pas irrémédiable.

Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :