Le cimetiere de Prague ou un livre à double tranchant

Je termine la lecture du Cimetière de Prague d’Umberto Eco, j’ai été tenté de l’abandonner à plusieurs reprises mais Umberto Eco sait captiver son lecteur.
C’est un roman sur l’histoire de la seconde partie du XIXeme siécle sur les guerres internes entre républicains et napoléoniens, entre italiens garibaldiens et royalistes, entre tsars et prolos et, les guerres externes entre les puissances de l’époque, la France, la Prusse, l’Allemagne et la Russie. Le tout sur fond de conspirations des francs maçons mais surtout et avant tout les Juifs. Ils sont partout, et chaque pouvoir et opposition  qu’il soient francais, russe, italien ou allemand les utilisent pour mieux manipuler son opinion publique et son ennemi réel.


Ce livre est donc une histoire de l’antisémitisme des nations dans la seconde partie du XIX eme siécle. C’est un livre dangereux parce qu’il faut être au dessus de la mêlée pour ne pas tomber dans le piège d’utiliser des clichés et tomber dans l’anti-judaisme et antisémitisme. Les juifs sont partout avec Eco et difficile de se retrouver dans toutes ces manipulations antisémites, démêler le vrai du faux, et, si on ne connaissait pas Eco et son passé on pourrait le taxer d’antisémite.  C’est donc un livre à double tranchant, un livre reservé à ceux qui sont au dessus de la mêlée mais interdit à tous les antisémites de naissance qui y retrouveront un lexique intoxiquant d’ailleurs courant dans les forums antisémites d’aujourd’hui.

En conclusion, un récit dur à suivre, dur de comprendre toutes les intrigues, dur à digérer, mais un livre sur la condition humaine qui utilise les Juifs à toutes les sauces comme maux de l’humanité.  Tout sonne faux dans ce roman et il faut savoir le décrypter à l’envers c-a-d comme une caricature des antisémites.  
Umberto Eco se base sur des faits historiques réels, il évoque les faux documents de l’affaire Dreyfus, les faux documents des Rabins du cimetière de Prague, leurs liens avec le protocole des Sages de Sion avec, la solution finale (au 19ieme siècle on l’évoquait deja!!!!)  au bout de ce tunnel.
Les hommes pouront ils sortir un jour de ce tunnel? Aujourd’hui j’en doute, malheureusement nombreux sont ceux qui ont encore besoin du bouc émissaire, de la haine de l’Autre, bref, du Juif.

Citation:
Je suis interessé à l’ordre moral du peuple russe et je ne desire pas que ce peuple dirige ses insatisfactions vers le Tsar. Il leur faut donc un ennemi. Inutile d’aller chercher l’ennemi, que sais-je, chez les Mongols ou chez les Tartares.
L’ennemi pour etre reconnaissable et redoutable doit etre chez soi, ou sur le seuil de sa maison. Partant, les Juifs.
La divine Providence nous les a donnés, utilisons-les, bon Dieu, et prions pour qu’il y ait toujours quelques Juifs à craindre ou à hair. Il faut un ennemi pour donner au peuple un espoir
.

Citation:
Il faut cultiver la haine comme passion civile. L’ennemi est l’ami des peuples. 
Il faut toujours quelqu’un à hair pour se sentir justifié dans sa propre misére.  La haine est la vraie passion primordiale. C’est l’amour qui est une situation anormale.
On n’aime pas quelqu’un pour toute la vie, de cette esperance impossible naissent aldutere, matricide, trahison de l’ami… Par contre, on peut haïr quekqu’un toute une vie, pourvu qu’il soit toujours là à attiser notre haine. La haine rechauffe le coeur

Note 7/10 sur l’échelle RG.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :