Patrick Modiano, encore et toujours

Patrick Modaino m’intrigue. Comment cet écrivain né apres la seconde guerre mondiale, notre génération, tournée entièrement vers l’avenir, les nouveautés et la technologie, comment lui n’a de repères que vers le passé, la collaboration, la police, la gestapo, c’est sa hantise, sa névrose.
Lui même a évoqué « Des événements de l’enfance qui servent de matrice à l’imagination« , et un pére juif, trouble, peut-être collabo qui l’a laissé sans racines.

Une interview de 1972 avec Jacques Chancel [une parenthèse à propos de Jacques Chancel et son émission Radioscopie, l’émission littéraire et analytique des années 60 avant l’ére de la télé de Bernard Pivot, et des bêtisiers d’aujourd’hui genre « On est pas couché », il n’y avait pas de rating, de compétition, c’était de l’analyse pure, sincère et profonde, j’essayais de ne pas rater cette émission quotidienne car la rediffusion n’existait pas à l’époque, et une partie de mes connaissances et analyses tiennent leurs sources de cette époque Jacques Chancel], donc une interview de 1972 avec Modiano, tout jeune et deja trois livres parus, et surtout le prix de l’Academie française vient de lui être attribué. Modiano explique qu’il se sentait injurié par les auteurs antisémites de l’époque, Celine, Drumont, ect..  tous des auteurs à talents !
Je crois que La place de L’Etoile son premier roman et totalement  différent de tous les autres à venir est l’expression de sa rage, son désarroi, sa névrose contre eux et contre son pére.
Sa mère est absente de ses romans, il veut la préserver, le règlement de comptes se fait dans ses romans avec le pére, ce personnage douteux et l’Occupation qui créent une espèce de climat, d’atmosphére, de remous  d’ou il lui vient un sentiment de désarroi et d’inquiétude.
Il a suffi de trois romans pour que Jacques Chancel capte Modiano et son angoisse perpétuelle, et je conseille de réécouter cette interview sur http://boutique.ina.fr/audio/PHD99218206/patrick-modiano.fr.html .
Modiano est considéré deja en 1972 comme « une graine de très grand romancier« .


J’ai relu 30 ans après, Villa Triste, une autre lecture, une autre approche car à l’époque je devais faire partie de ce milieu étudiant que Modiano considérait coome vivant en milieu clos, dans un ghetto avec pour pére un politicien français ou un revolutionnaire sud américain genre Castro, Che Gevara ou encore Mao.

L’ambiance du livre est dans le Modiano classique:

Les chambres des « palaces » font illusion, les premiers jours, mais bientôt, leurs murs et leurs meubles mornes dégagent la même tristesse que ceux des hotels borgnes.
Luxe insipide, odeur douceâtre dans les couloirs, que je ne parviens pas à identifier, mais qui doit être l’odeur même de l’inquiétude, de l’instabilité, de l’exil et du toc.
Odeur qui n’a jamais cessé de m’accompagner. Halls d’hotels où mon père me donnait rendez-vous …….

Genève, ville en apparence aseptisée mais crapuleuse. Ville incertaine. Ville de transit.

Non, nous ne pouvions pas rester en France, dans ce petit pays étouffant, parmi ces « taste-vins » congestionnés, ces coureurs cyclistes et ces gastronomes gateux qui savaient faire la difference entre plusieurs espèces de poires. Je m’étranglais de rage. Nous ne pouvions pas rester une minute de plus dans ce pays oû l’on chassait à courre. Fini. Jamais plus. Les valises. Vite

Deja en 1975 Modiano sentait que la France se suicidait mais personne ne l’écoutait!   Un nobel mérité mais qu’il nous faut redecouvrir.

A LIRE OU A RELIRE SUR LE MEME THEME:

Patrick Modiano, nobel 2014

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :