Lectures d’étè avec Douglas Kennedy (suite) , sur la haine

Admettre que l’on hait quelqu’un est un aveu d’échec. La haine est une émotion extrêmement déstabilisante. Une fois sous son emprise, on s’étonne soi-même, parfois on ne se reconnait plus en se demandant: « est ce que ça vaut réellement la peine de mépriser quelqu’un à ce point« .

Je ne parle pas de pardon, je parle d’abolir la haine, car au bout du compte vous comprendrez vous même qu’elle vous détruit, qu’elle ne vous mène à rien, qu’elle ne résout rien, qu’elle ne sert à rien.


Douglas Kennedy
sur l’argent
sur la peur
sur le bonheur
sur le mensonge

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :