Lectures d’étè: Indignation de Philip Roth

C’est l’étè, un bon livre au bord de l’eau s’impose pour se rafraîchir les méninges.

Dans Indignation j’ai retrouvé tous les  motifs constitutifs de l’univers de Roth : l’histoire moderne des Etats-Unis, la société américaine d’avant la révolution sexuelle, les relations avec les parents, et l’Autorité, universitaire cette fois, en 1951 année symbolique pour moi.

En 1951 dans l’Amerique conservatrice, pour avoir son diplome de l’Université il fallait assister aux cours de catechismes une heure par semaine. Marcus le heros du livre ne se soumet pas. Il refuse d’y assister, les conséquences seront dèsastreuses.

« J’y étais opposé non parce que j’étais un Juif pratiquant, mais parce que j’étais un athée convaincu » 

Et il explique au doyen de la fac:
« Je n’ai pas besoin des sermons des moralistes professionnels pour me dicter ma conduite. Je n’ai certainement pas besoin de Dieu pour cela. Je suis parfaitement capable de mener une existence morale sans en attribuer le mérite à des croyances impossibles à prouver, défiant la raison, des croyances qui, pour moi, ne sont de plus que des contes de fées pour enfants auxquels adhèrent les adultes et qui ne sont pas plus fondées, en réalité, que le fait de croire au Père Noel. »

C’est court, logique et coherent. Je ne peux que saluer la véritable indignation de Philip Roth avant que tous les Stéphane Hessel, journalistes ou manifestants ne lui piquent son mot et son idée tout en la vidant de son véritable sens.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :