Camus comme modéle

Je tiens pour une impossibilité de séparer la vie et l’oeuvre, la pensée et l’existence. Une philosophie ne m’intéresse que si le philosophe a tâché de la vivre et ne s’est pas contenté de rêver sa pensée. L’histoire de la philosophie est pleine de faussaires qui ont enseigné une chose et pratiqué l’inverse… Je me retiens de donner des noms! La discipline grouille également de menteurs, d’affabulateurs, de créateurs de légendes, d’opportunistes, de carriéristes dont l’oeuvre est une machine destinée à produire leur célébrité. Quand on examine le cas de Camus, la coïncidence la plus parfaite apparaît dans la positivité: sa pensée est viscérale, vécue, sincère, authentique, elle n’est donc pas une construction mentale, mais une proposition existentielle, une invitation pour autrui à mener une vie philosophique à partir de la vie menée par soi…

Source: Michel Onfray dans une interview sur son dernier livre: L’ordre libertaire – la vie philosophie d’Albert Camus

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :