de ma librairie bonheur d’occasion à Jérusalem

C’est en fouinant chez un bouquiniste à Jérusalem que je surnommerais ma librairie bonheur d’occasion que j’ai découvert un vieux livre au titre étrange Le Christ s’est arrêté à Eboli, de Carlo Levi que j’ai confondu au moment de l’achat avec Primo Levi.
J’ai donc découvert à travers ce livre un grand écrivain Carlo Levi que je comparerai dans ce roman autobiographique au grand ethnologue Claude Levi Strauss (encore un Levi, décidément ça vit chez les Levi!) dans Tristes Tropiques.

Une découverte pour moi, Carlo Levi qui décrit alors qu’il est placé en résidence surveillée en 1936 -confiné par les fascistes- la vie des paysans italiens, leurs misères, dans un terre sans consolation, ni douceur, pris entre la malaria et le percepteur.
Carlo Levi décrit ce monde primitif des paysans du Sud que l’humanité a oubliés et qui sont exploités par les petits tyrans. Les habitants de cette région se sentent tellement abandonnés qu’ils disent qu’ils ne sont pas des chrétiens que…. Le Christ s’est arrêté à Eboli.
En lisant ce roman biographique, j’ai l’impression que ce sont des paysans non de 1936 , mais des paysans du moyen âge ou de l’ere préhistorique. Il me semble que nos ancêtres vivaient ainsi et dans cet enfer-misère. C’est la que je trouve -au delà du style et de la description dont Carlo Levi sur la misère des paysans- la puissance historique de ce roman.
Epatant et touchant jusqu’à la dernière page, ces paysans ce sont l’homme sans la technologie moderne, quand les virus s’appelaient MALARIA et non PC.

Deux citations:
Les paysans n’ont qu’une seule couleur. Celle de leurs yeux tristes et de leurs vêtements et ce n’est pas une couleur mais l’obscurité de la terre et de la mort.

Ceux de Rome voulaient faire la guerre, et c’est d’eux (les paysans) qu’ils se serviraient.

Pour moi donc ce roman, cet écrivain -qui est aussi et avant tout un grand peintre- sont une découverte inouïe, et sans exagérer un des meilleurs romans lus depuis belle lurette. Ce livre est une peinture, ce livre est une analyse sociologique, ethnologique, psychologique.

Pourquoi chercher les écrivains, les Nobel, Goncourt et tout concours du 21 eme siècle lorsque les anciens ont la force et la plume de Carlo Levi.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :