to be or not to be à Fukushima

A Fukushima les techniciens qui luttent pour éviter le pire sont confrontés à une situation sans précédent.
Plus ils envoient d’eau pour éviter la fusion des réacteurs, plus la radioactivité, entraînée par le flot, s’étend dans les salles et les galeries de la centrale. Mais s’ils ne font rien, inexorablement la température monte dans les réacteurs, au risque de provoquer une nouvelle catastrophe.

Tout cela n’est que la dérivée du tsunami, lui même dérivé du séisme, un tsunami que l’on ne pouvait imaginer avant l’apparition des videos on-line. En 1978 ou 1988 il y avait des tsunamis, on les appelait des ras-de-marée et l’on n’imaginait pas ainsi la puissance de la Nature. Voir et ne pas croire!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :