Les Marocaines font de moins en moins d’enfants

Il y a aujourd’hui la ou les révolutions qui soulèvent le monde arabe, elles sont visibles, bruyantes, violentes et même ensanglantées et il y a la révolution tranquille, silencieuse mais non moins profonde, celle du nombre d’enfants de la femme arabe. Une véritable mutation, en voici l’exemple du Maroc:
Le chemin parcouru, en peu de temps, est impressionnant : dans les années 1960 une Marocaine « moyenne » donnait naissance à 7,2 enfants ! Les Marocaines font de moins en moins d’enfants. Leur taux de fécondité n’est plus aujourd’hui que de 2,19 enfants par femme, soit très légèrement au-dessus du seuil de renouvellement des générations (2,1 enfants par femme).

Il y a plusieurs raisons à cette rapide « transition démographique »:
– La baisse sensible de la mortalité infantile et juvénile encourage les couples à faire moins d’enfants.
– La scolarisation des filles a un fort impact sur les mentalités, de même que l’entrée des femmes dans la vie active.. « Il suffit qu’une petite fille soit scolarisée quelques années en primaire pour que son comportement et sa vision du monde changent » souligne le démographe Youssef Courbage.
– Et aujourd’hui, dans les grandes villes du Maroc, un actif de moins de 45 ans sur trois est une femme. Autre facteur important: le recul de l’âge du mariage.
– En moyenne les hommes se marient entre 30 et 34 ans les femmes entre 24 et 29 ans.
– Entre 30 et 34 ans près d’une femmes sur trois et près d’un homme sur deux sont célibataires. Un phénomène qui ne s’explique pas seulement pas le prolongement des études ou le désir de faire carrière mais aussi par le poids des contraintes économiques: chômage des jeunes, difficulté à se loger, coût d’un mariage traditionnel. 

Ces évolutions ne sont pas sans conséquences culturelles et politiques. « La fécondité de plus en plus contrôlée, suppose des choix individuels et des choix de couple qui induisent des réformes profondes dans les systèmes de valeurs et les comportements ». Plus d’individualisme, moins de pression à l’intérieur de familles moins nombreuses, plus d’écoute.
Si l’exemple marocain se propage (je n’ai pas les données exactes mais il y a une convergence) c’est une véritable mutation du monde arabe qui se produit en ce début du XXI eme siècle.

Article basé sur lexpress.fr et publié sur darnna.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :