Etudions donc pour mieux renforcer nos neurones

Les personnes qui ont étudié plus longtemps sont mieux armées contre la démence, selon une étude publiée dans l’édition en ligne de la revue Brain, le 26 juillet.
Attention: le terme de démence en médecine est un terme technique qui ne doit pas être confondu avec la signification commune de ce terme dans le langage courant (folie furieuse).
La démence (du latin demens) est une réduction acquise des capacités cognitives suffisamment importante pour retentir sur la vie de la personne et entraîner une perte d’autonomie. Les fonctions cérébrales particulièrement atteintes peuvent être la mémoire, l’attention, et le langage. Dans les stades évolués de la démence, les personnes atteintes peuvent être désorientées dans le temps (ignorant le jour, la semaine, le mois ou l’année), et dans l’espace (ignorant où ils se trouvent), ne plus reconnaître des personnes familières, ou encore avoir des difficultés pour communiquer.
L’OMS prédit que «le vieillissement de la population mondiale aura inévitablement pour résultat une hausse conséquente du nombre de cas de démence. Le risque de développer cette pathologie augmente de façon importante avec l’âge, chez les personnes de plus de 60 ans et les possibilités de prévention et de traitement sont limitées.


Pour en revenir à la recherche: les études se déroulent dans l’enfance, alors que la démence est à l’autre bout de la vie! Et pourtant les études au début de la vie semblent permettre à certaines personnes de faire face à de nombreux changements dans leur cerveau.
Il semblerait qu’une plus grande éducation dans l’enfance stimule le cerveau pour qu’il développe un ‘logiciel’ de sauvegarde en excédent avec un effet allié sur le nombre de neurones et les connexions sur lesquels nous nous reposons à la fin de la vie.
De mon avis personnel, les études poussent à mieux faire « travailler ses méninges » et cela reste ancré, car le cerveau -comme c’est le cas dans l’effort physique pour les muscles- est plus entraîné. Il y aurait donc plus de nouvelles connexions de neurones qui permettent de mieux affronter cette destruction de neurones qui nous caractérise à tous des l’âge de 20 ans.

Etudions donc pour mieux renforcer nos neurones, mais n’est il pas deja trop tard ! Pour ma mère, pour moi et pour mes enfants -donc 3 générations- les jeux sont faits. Si l’étude est véridique ce ne sont que mes petits enfants (ou les vôtres) dans 70 ou 80 ans qui pourront en bénéficier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :