Effet pervers des démocraties

Le choix des majorités constitue désormais le fondement des valeurs.
Sont présentés et perçus comme essentiels, donc bénéfiques, les objets, les faits, les événements – un concert, une manifestation, une fête, une éclipse de soleil, la mort d’une princesse, le transfert d’un sportif, etc- qui auront suscité l’engouement du plus grand nombre d’individus.
Par voie de conséquence, ce qui ne touche que les minorités est dénué de tout intérêt et de toute valeur.
On constate donc, non sans surprise, que ce qui mobilise les masses passe automatiquement pour authentique et beau, que la quantité passe pour qualité. Ce ne sont plus le vrai et le beau qui rassemblent, c’est ce qui rassemble qui est vrai et beau.

Source: Illusions & Mensonges, Jean Paul Hameury

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :