Qu’avez-vous fait pendant la seconde guerre mondiale ?

Extrait de l’entretien de Willy Ronis:

D’abord, la « drôle de guerre », comme les hommes de mon âge. Ensuite j’ai fui Paris où, parce que juif, j’étais en danger. Ma mère a refusé de bouger, et en dépit de l’antisémitisme de la concierge, elle n’a pas été déportée. La concierge n’était pas une dénonciatrice. Moi, j’ai passé la ligne de démarcation en 1941, près de Loches. J’ai bien failli échouer. Je suis allé à Nice et à Cannes.

Je n’ai pas un souvenir très précis de toute cette époque. Je survivais en faisant de petits travaux. Et j’ai enseigné. L’enseignement, je l’ai vraiment aimé plus tard, dans les années 1970 quand j’enseignais la photo à Aix-en-Provence et aux Beaux-Arts d’Avignon.

sa chance, notre chance

sa chance, notre chance

J’ai choisi cet extrait de l’entretien au Monde du photographe humaniste Willy Ronis, décédé à l’âge de 99 ans car il a échappé par chance au sort de 6 millions de frères Juifs, chance sans laquelle nous aurions été tous privé de l’oeuvre d’un génie de la photo. Sa chance c’est notre chance !

le petit parisien - 1952

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :