3 ans 2 mois et 11 jours

29 août 2014

3 ans 2 mois et 11 jours, c’est le laps de temps écoulè depuis que nos deux lurons ont fui apres avoir  écrasé Lee Zeitouni et le coup de marteau du juge qui fixera leur peine.
Le 27.11.2014 aura lieu le jugement d’Arik Rubic et Claude Khayat.

La bonne nouvelle est que ce sera un jugement éclair, pas d׳appel et le verdict final sera donné 30 jours apres l’ouverture du jugement. 
Nous aurons attendu 3 ans, 2 mois, et 11 jours c’est long et penible
mais justice sera faite.
A suivre……


A LIRE OU A RELIRE SUR LE MEME THEME:
Le combat qui n’en finit pas
Jamais deux sans trois
la Belle et la Bête ou la justice en mode Facebook
Wanted
Les larmes de crocodile


50 nuances de guerre

27 août 2014

50 jours de guerre, cessez le feu permanent, la guerre est provisoirement terminée, la question idiote de qui a gagné se pose ou est posé par les medias comme si il s’agissait d’un match de foot entre le Real de Madrid et Milan, score 1 à 0, le score est validé par l’arbrite et Milan reconnait avoir encaissé un but. Nous sommes loin de cette logique  dans le contexte entre Tsahal et  le Hamas. A l’époque  historique chaque camp envoyait ses hommes pour combattre l’ennemi et les vainqueurs rentraient à la maison avec des prisonniers et le butin, la victoire ne faisait aucun doute.
Aujourd’hui même si le vaincu est ecrasé, il pourra toujours affirmer le contraire, la desinformation est de mise, les mises en scénes sont constantes et il s’agit de convaincre son propre public de la victoire. Il n’y a plus de noir et blanc, de vainqueur et vaincu, il y a des nuances de resultats de guerre tout comme les 50 nuances de gris qui sont les nuances des naratifs et des fantasmes de chacun.
Donc le Hamas pourra ne pas voir la destruction intense de Gaza, de se retrouver sans  ses armes strategiques tunnels et missiles, il continuera d’affirmer qu’il a reussi à paralyser l’aeroport de Ben Gourion et avoir reussi à vider les kibbutzim environnants de leurs habitants.
 Malgré la force et la precision  de l’aviation et des renseignements,  Bibi pourra cacher qu’en fin de compte il n’a pas reussi à stopper les attaques de missiles, que Tsahal considéré comme une des plus fortes armées du monde n’a pu éradiquer le nain terroriste qu’est le Hamas.

Donc ne cherchons pas qui a gagné, qui a perdu, les guerres surtout les guerres modernes sont toujours une defaite par les pertes humaines et par les ravages qu’elles engendrent. Il nous reste 50 nuances de guerre et chacun y trouvera la nuance qui lui convient. Pour moi ce sera la nuance d’un retour de l’homme à l’époque des ténèbres et ce au 21eme siecle et sur la planete entiere.


Terreur de luxe

25 août 2014

Les hostilités à Gaza entre Israël et le Hamas persistent.
Toutes les demarches pour un cessez le feu permanent ont échoué, et ce malgré la volonté d’Israel et des differents  groupes terroristes de Gaza tous deux epuisés par ce scenario de guerre d’usure qui n’offre  que dégats, désolations et tragedies.
De loin il semblerait que la raison se nomme Khaled Mashal, le chef de la section politique du Hamas exilé au Quatar.  Mais au delà c’est son bailleur de fonds l’Emir du Quatar qui méne le jeu.

Avec 25 milliards de barils de réserves de pétrole brut et d’énormes réserves de gaz naturel, le Qatar avec une population de 200000 habitants a le produit intérieur brut par habitant le plus élevé de tous les pays du monde. 
Le Quatar ne sait que faire de ses  centaines de milliards de petro-dollars, ainsi il a offert aux Etats Unis une base militaire dont il a payé cash tous les frais d’installation et de gestion pour les dix prochaines années.

L’Emir du Quatar joue le liberal, le PSG, Barcelona, Messi, des quartiers de Paris, Herrods à Londres, ect, ect…. le Quatar se paie tout, et tout ne suffirait pas face a ses petro-dollars
Mais le Quatar c’est aussi les freres musulmans, les integristes du Hamas, qui recoivent des millions de dollars pour financer les tunnels de terreur de Gaza, les missiles, bref tout ce qui est le Gaza souterrain qu’on pourrait y ajouter une plaque commemorative  "made  avec l’aide de l’Emir du Quatar".
Le Quatar a les moyens, le Quatar trompe avec ses moyens infinis, cela s’appelle une terreur de luxe. 
Avec cette terreur de luxe le Quatar devient une hégémonie régionale, il  empeche à ce jour un accord de cessez le feu  entre Israel et les habitants de Gaza, qui sont depuis 50 jours deja dans une situation de catastrophe humanitaire.

Pendant que le peuple gazaoui subit les frappes de rétorsion israéliennes, ses dirigeants au service du Quatar s’en contrefichent,  que faire si les pauvres souffrent,  la terreur de luxe a remplacé la terreur tout court. 


Lectures d’étè, lectures de guerre ou lectures de fuite

19 août 2014

Lectures d’étè, lectures de guerre ou lectures de fuite, je ne sais comment nommer mes lectures actuelles, cette année l’été ne se fait pas trop ressentir, la guerre a étè trop longue et je n’ai pas reussi à fuir avec mes lectures.
J’avais choisi pourtant deux canons de la litterature contemporaine, Laura Kasischke (dur à prononcer! dites kasischki tout simplement) avec son premier roman "a  suspicious river" et le goncourt 2012 "Le sermon sur la chute de Rome" de Jerome Ferrari.

Les deux auteurs sont des poétes sans aucun doute, mais Laura aprés m’avoir émerveillé dans le premier chapitre d’environ 100 pages où on se sent concerné et témoin de l’histoire, m’a tout simplement deçu dans la suite et j’ai cru que le livre avait étè ecrit dans le but d’en faire un thriller hollywoodien. Décevant mais je continerai à chercher ses livres car je sens une main d’artiste.

Je me croyais assez pale et mince pour être jolie, mais trop pale et trop mince pour être belle.

La guerre se poursuivant, j’ai lu "Le sermon sur la chute de Rome" en espérant la chute du Hamas mais Gaza n’est pas Rome et Rome n’est pas Jerusalem.

Les mondes passent, en vérité, l’un aprés l’autre, des ténèbres aux ténèbres, et leur succession ne signifie peut-être rien.

Il fallait maintenant offrir à un monde disparu le tribut de symboles qu’il réclamait pour s’effacer definitivement et laisser enfin sa place au monde nouveau.

Tout est la, les ténèbres des terroristes, les ténèbres des souterrains creusés á Gaza, les ténèbres de la guerre. Finalement ce livre convenait à l’ambiance des destructions aux alentours et à ma souffrance suite aux 64 jeunes soldats tombés au combat, bêtement, pour la guerre.

Il écoutait sans rien dire les mensonges de l׳évangéliste car il savait ce qu’était une apocalypse et il savait qu’à la fin du monde le ciel ne s’ouvrait pas, qu’il n’y avait ni cavaliers ni trompettes ni nombre de la bête, aucun monstre, mais seulement le silence, si bien qu’on pouvait croire qu’il ne s’était rien passé. Non, rien ne s’était passé, les années coulaient comme du sable, et rien ne se passait encore et ce rien étendait sur toute chose la puissance de son régne aveugle, un règne mortel et sans partage dont nul ne pouvait plus dire quand il avait commencé.

Le poéte, le psychologue et le philosophe se rejoignent sous la plume de Jerome Ferrari,une phrase c’est plus de 200 mots ou 1000 caractères, virgules comprises. Une pluie de virgules, et le resultat est une noblesse de l’écriture chez Jerome.

Voici quelques citations qui m’ont touché sur la fin du monde, la philosophie, l’université et la mutation present-futur, les imbeciles. 
En fermant le livre, la guerre a aussi pris fin, heureusement car les ténèbres du mal  ont été si fortes dans la lumiere de l’été 2014.

Comme si le fait d’étudier la philosophie leur conférait le privilége de comprendre l’essence d’un monde dans lequel le commun des mortels se contentait bêtement de vivre.

Et c’est ainsi qu’au nom d’un avenir aussi inconsistant que la brume, il se privait de présent, comme il arrive si souvent, il est vrai, avec les hommes.

L’Université n’était pour lui qu’une étape nécessaire mais insignifiante sur un chemin qui devait le mener vers la consécration des plateaux de télévision où il avilirait publiquement, en compagnie de ses semblables, le nom de la philosophie, sous l’oeil attendri de journalistes incultes et ravis, car le journalisme et le commerce tenaient maintenant lieu de pensée.

Il faut lutter pour ne pas devenir inerte soi-meme et se laisser engloutir comme par des sables mouvants

L’enfance l’a marqué d’un sceau cruel dont rien ne pourra le liberer.

A moins qu’il ne fut au fond un imbécile qui se réjouissait d’avoir rencontré un autre imbecile avec lequel il pouvait proférer à son aise toutes sortes d’imbécillités. 

Peut être a-t-il gardé en lui la conviction profonde que ce monde est mauvais et ne mérite pas que l’on verse des larmes sur sa fin. Oui, le monde est rempli des ténèbres du mal, il le croit toujours, mais il sait aujourd’hui qu’aucun esprit ne les anime, qui porterait atteinte à l’unité du Dieu eternel, car les ténèbres ne sont que l’abscence de lumière, de même que le mal indique seulement la trace du retrait de Dieu hors du monde …

Oui, le monde est rempli des ténèbres du mal, Laura Kasischke et Jerome Ferrari m’ont convaincu.

Note 6/10 sur l’echelle RG pour A suspicious river et 8/10 sur l’echelle RG pour le sermon sur la chute de Rome


Il n’y a pas de solution militaire, par David Grossman

17 août 2014

Il n’y a pas de solution militaire.
Il n’y a pas de photos de victoire dans cette guerre, d’aucun côté. Il n’y a pas de photos de victoire, il n’y a que des images de destruction de morts et de souffrances que l’on ne peut décrire. 
Chaque image de cette bataille abjecte est en fait l’image d’une défaite profonde des deux nations, qui après cent ans de conflit ne sont en mesure de parler avec l’autre presque uniquement que dans le language de la violence. 
Dans ces  circonstances et dans les limites actuelles, les limites de la force, les limites morales, et les limites de la pression internationale,il n’y a pas de solution militaire au conflit entre Israël et le Hamas.

Il n’y a pas de solution militaire qui mettra terme aux souffrances des habitants du sud du pays et aux terribles angoisses qu’ils vivent, et il n’y a pas de solution militaire à la détresse des Palestiniens dans la bande de Gaza.
En d’autres termes: tant que que ce ne sera pas résolu la sensation d’étouffement des habitants de Gaza, nous aussi en Israël nous ne seront pas en mesure de soulager notre respiration, nous ne pourrons pas respirer par nos deux poumons.

Donc, dans le cadre de la négociation qui reprendront demain déjà au Caire et après qu’Israël insistera, comme il se doit, sur ses besoins sécuritaires  essentiels afin que les résidents de Sderot et Nahal Oz puissent vivre en paix et en securité  et après qu’Israël exigera du Hamas de s’engager à cesser les actions de guerre contre elle et des préparatifs de guerre pour l’avenir, Israël doit faire aux Palestiniens dans la bande de Gaza des offres significatives et généreuses. Pas un accord limité et local avec un cessez le feu mais une offre généreuse d’un changement entre les belligerents.
Un grand programme généreux avec de réelles offres pour l’amélioration de vie des résidents de la bande de Gaza, et ce, pour faire revivre en eux l’espoir d’un avenir meilleur et conférer à leurs sentiments le respect de soi et le respect humain.

Si aujourd’hui les habitants de Gaza sont momentanément des ennemis, ils seront pour toujours nos voisins et cela a une importance capitale car leur chute n’est pas forcement notre victoire et leur bien est finalement notre bien.

Immédiatement après que le cessez-le-feu sera stabilisé, Israël et l’Autorité palestinienne, qui est représenté par le gouvernement palestinien d’union nationale élaboreront des conversations directes pour apporter la paix entre les deux nations.

Cela doit se faire sans hésitations, sans mais, sans peut-être, une déclaration d’intentions claire et transversale des deux côtés, israélien et palestinien. Si Israël ne le fait pas, il y aura donc une explication unique: qu’Israël préfère la certitude des guerres aux risques des concessions de la paix. Et nous saurons également que le dirigeant d’Israel aujourd’hui n’est pas disposé à suivre le chemin de la paix parce qu’il craint d’en payer le prix, principalement du retrait de Cisjordanie et le prix de l’évacuation des colonies.

Les problèmes sociaux, la rancoeur due à la pauvreté, le racisme, la corruption des politiques … sont les tunnels qui sont en train de miner la fragile démocratie israélienne, risquant de transformer en un temps très court, plus court qu’on ne l’imagine, un pays avancé tourné vers l’avenir en une secte extrémiste, militante, détestant les étrangers et refermée sur elle même.

PS[1]: tiré du discours de David Grossman sur la place Rabin le 16 aout 2014
PS[2]: désolé pour ma traduction un peu boiteuse, mais ici ce qui compte c’est l’idée de paix en pleine guerre
PS[3] Ecouter son discours en hébreu sur le site Ynet

http://www.ynet.co.il/articles/0,7340,L-4559271,00.html


Les impostures derrière les postures

11 août 2014

Aujourd’hui tous les politiciens, de droite ou de gauche, Hollande ou Sarko, ou du monde, Obama ou Bibi prennent une posture pour mieux nous berner.
Ils nous font entendre -suivant la direction du vent du moment- ce que nous croyons être pour notre bien, notre intérêt du moment ou notre morale subjective.
Natacha Polony les décrit si bien, de la posture à l’imposture la voie (ou la voix) est étroite, et nos sociétés sont bloquées par le court terme. Je definirais ceci comme le selfie politique de notre époque, je la cite:

Le soupçon qu’il n’y a là aucune conviction, pas l’ombre d’une vision, mais un discours calculé suivant les impératifs supposés de la popularité ou de la réussite.
La posture, c’est cette façon de ne se positionner que selon les critères du moment et ce que l’on suppose être l’attente de son public.

Le dénominateur commun? Le lecteur, l’électeur ou le buveur sont devenus des clients, plus des citoyens auxquels on s’adresse, des gens à qui l’on offre une émotion ou une vision en partage. Ils sont des parts de marché potentiel.

Une société de posture ne peut rien produire de durable, rien qui dépasse le simple cadre de notre existence immédiate, puisqu’elle ne cultive que le court terme et la rentabilité. Quitte, pour cela, à tromper un peu le client. Ainsi de la posture sommes-nous passés à l’imposture.


Panique dans la presse ou "Hacked by Ulcan from Ashdod"

10 août 2014

Ces derniers jours c’est la panique dans la presse et à la police. Une pétition signée par non moins que les directeurs du Monde, NouvelObs, Rue89, Huffington Post, Courier International et autres directeurs de journaux, ils lancent un appel au secours , ils sont désemparés.

La raison c’est lui Ulcan alias Grégory Chelli, et Gregory ne s’en cache pas, il fait tout directement et avec une logique implacable explique pourquoi.
Une des méthodes préférées d’Ulcan est de se faire passer pour un policier auprès de commissariats un peu partout en France pour récupérer et publier des antécédents judiciaires sur les réseaux sociaux. Pas de n’importe qui mais des antisémites déclarés genre Tarik Ramadan , Dieudonné ect…

Ce qui trompe les fonctionnaires de police, c’est qu’il semble être parfaitement renseigné sur les procédures et sur le "jargon" utilisé pour faire ce genre de demandes. Par ailleurs, alors qu’il est installé en Israël, il parvient à changer son numéro de téléphone pour paraître moins suspect. Lors de son appel à la police d’Aubenas, le numéro affiché était celui du standard du commissariat. Hic !!
Et ces appels amusants sont publiés sur YouTube, fous rires garantis.

Gregory reussit à hacker et faire tomber les sites pour la plupart anti israeliens de nature quand ils ne sont pas antisemites comme seconde nature, Rue89 du nouvelobs, liberation, ect…
A chaque fois, la page d’accueil est remplacée par cette phrase : « Hacked by Ulcan from Ashdod «

Les éventuelles poursuites contre lui s’annoncent impossibles car "Ulcan" serait installé en Israël et il n’existe pas d’accord d’extradition entre Paris et Tel Aviv. Le plus beau est que les journaux concernés le traitent de hacker sioniste et extremiste religieux alors qu’il est né en France, détient la nationalité francaise et est laïque au possible par dessus bord, d’ailleurs vous le verrez tous les Shabbat surfer dans les plages d’Ashdod. Qui a dit qu’on ne surfait que sur le web ?

On vient de fêter le centenaire de Louis de Funes, après le gendarme de St Tropez voici le gendarme d’Ashdod !
Pour suivre ses aventures, son site et un tout petit aperçu sur France2


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.